Ramsès Moubarak …. Roi d’Egypte?

1 février 2011

Ramsès Moubarak .... Roi d'Egypte? dans International

Alors que les citoyens égyptiens entrent dans leur 8ème journée de soulèvement contre le régime, il semble que notre ‘’ami’’ Moubarak soit jusqu’à présent inébranlable de sa ‘’pyramide’’.

Des morts par centaines et des blessés qui ne se comptent même plus. Depuis une semaine déjà, il est devenu de routine pour les égyptiens des grandes villes tel que le Caire ou Alexandrie, de voir défiler un cortège de « tank » (chars militaires) au risque même de se faire tirer dessus à balles réelles.

Un règne de pharaon :

Il n’échappe à aucun d’entre nous que le ‘’Rais’’ Moubarak est à la tête de l’Egypte depuis 30 ans déjà. Des générations défilent et le leader reste le même. Le président égyptien aurait-il confondu le principe d’une démocratie républicaine avec le règne de ces ancêtres pharaons. Son ‘’règne’’ aussi vieux qu’une pyramide perdure, d’ailleurs ne devrait on pas lui en construire une à son effigie.

Face à ce bouleversement sans pareil, le président égyptien que l’on surnomme la « vache qui rit » semble ne plus maîtriser la situation. Après avoir nommé Omar Souleiman, (ancien chef des services de renseignements), au poste de vice-président, laissé vacant depuis son arrivé au pouvoir, ainsi que Ahmed Chafiq, (ancien ministre des Transports aériens et ancien chef d’état-major de l’armée de l’air) afin de former un nouveau gouvernement, celui-ci semble se retourner vers l’armée afin de garder « bien fixe » son pouvoir.

Quand l’armée devient pacifiée :

Ironie du sort cette même armée sur laquelle Moubarak comptait il y a quelques jours semble désormais se retourner contre lui. On a ainsi apprit par le biais de la télévision égyptienne officielle, que les militaires chargés de faire régner l’ordre dans les rues égyptiennes ont annoncé ne plus faire usage de la force jugeant « légitimes » les revendications du peuple égyptien.

Le nombre de manifestants a atteint 600.000 et est prévu à 1.000.000 pour mardi. Moubarak quant à lui refuse toujours de quitter le trône. Une question persiste : les égyptiens réussiront-ils à le destituer ou poursuivra t’on la saga de « Ramsès » Moubarak ?!

Cheqro

Paris ou…. Juste un autre G « Vain » ?

25 janvier 2011

Paris ou…. Juste un autre G « Vain » ? dans International 7653813096_nicolas-sarkozy-le-24-janvier-2011-lors-d-une-conference-de-presse-a-l-elysee-a-paris

Et c’est reparti pour un autre G20 !! En effet aujourd’hui à Paris a débuté le rassemblement des 20 plus grandes puissances mondiales, présidé cette fois ci par Nicolas Sarkozy.

Au programme des sujets phares d’actualité économique et sociale ainsi que politique :

Tout d’abord un sujet préoccupant l’esprit de tous depuis une certaine crise financière de 2007, vous avez surement du le deviner : il s’agit bel et bien de cette fameuse régulation des transactions financières. Nicolas Sarkozy s’est donc déclaré favorable à l’instauration d’une taxe dissuadant les actions spéculatives, je cite :’’ La France considère que cette taxe est morale compte tenu de la crise financière que nous venons de traverser, utile pour dissuader la spéculation et efficace pour trouver de nouvelles ressources pour le développement.’’

Rappelons par ailleurs pour ceux qui s’intéresseraient au sujet que cette proposition de « taxe financière »dite «Taxe Tobin » (du nom de son inventeur) dans le jargon fut évoquée auparavant au cours d’autres G20, sans pour autant qu’une mesure concrète ne soit prise sur le plan international.
Cette initiative est par ailleurs soutenue par des ONG tel quel ‘’ATTAC’’ ou encore Oxfam, qui estiment que les fonds apportés par cette taxe pourraient générer 400 milliards de dollars par an, et serviraient principalement de fonds de subventions aux pays pauvres.

Autre topic traité celui du dollar, monnaie de réserve internationale, le président français fut bien clair dans ses propos : ‘’ La France ne souhaite pas revenir à un système de change fixe, ni remettre en cause le dollar qui joue un rôle éminent et doit être une monnaie forte.’’ Il estime bien que l’émergence de nouvelles puissances économiques entrainera leur développement sur le marché, mais ne veut pas pour autant tenter le débat sur la remise en question de la monnaie américaine.

Au cours des questions posées par les journalistes, il a bien évidement été question des sanglantes émeutes tunisiennes ainsi que de leur éventuelle propagation au sein du Maghreb ainsi que dans le reste des pays arabes.
Par ailleurs il a aussi été fait allusions aux propos « polémiques » de la ministre des affaires étrangères Michel Alliot Marie. Celle-ci déclarait solennellement au début de la crise tunisienne proposer son aide ainsi que le « savoir » faire français en matière de maintien de l’ordre, au président déchu Zine El Abidine Ben Ali.

Après Pittsburgh Toronto et Séoul, les « plus grands et plus forts », se donnent rendez vous une fois plus, afin d’établir des solutions aux plus problématiques des aspects mondiaux auxquels nous sommes confrontés. Paris sera-t-il un rassemblement profitable, ou poursuivra t’il la piteuse chaîne des « G-Vains ».

CHEQRO

Cyber-révolte…Le nouveau « WIZZ » politique

18 janvier 2011

Cyber-révolte…Le nouveau « WIZZ » politique  dans Social original.32872

Elle gronde gronde la révolte. Quand à la ‘’toile’’, c’est devenu là le principal moyen de se tisser des liens et réseaux afin de faire passer son message.

Ici c’est bien d’un message de colère dont il s’agit ; celui de citoyens tunisiens ; algériens ou tout récemment égyptiens dénonçant leurs maux sociaux et criant à la fin de l’oppression politique dans certains cas. En effet tout au long de ces derniers jours les blogs d’opposition virent leur nombre se multiplier, sans parler des alertes facebook et twitter, mises à jour chaque minute.

On parle désormais de « journalistes citoyens » et figurez vous bien que leur poids au cours de ces derniers jours pèse beaucoup plus que celui des plumes de renom. C’est ainsi que l’on a vu en Tunisie le régime céder face à ces ‘’cyber révolutionnaires’’, qui preuve à l’appui (vidéos de rue et témoignages) ont forcé le gouvernement tunisien à annoncer à la hausse le nombre de blessées par balle, ainsi que de blessés au cours des récentes émeutes que connut le pays.

Une révolution organisée :

Alors que la révolution commençait à peine à se faire entendre en début janvier, le groupe des ‘’Anonymous’’(les anonymes) en Tunisie se mit à dénoncer les atteintes à la liberté d’expression au sein de certains pays arabes. Ils déclarent avoir entendu « le cri de liberté du peuple tunisien » et comptent bien combattre la censure imposée, tant sur la plan national que dans le reste de ceratins pays d’Afrique du Nord et du Moyen Orient.

Engagés dans une «opération liberté » dite auparavant « opération couscous » ce groupes d’internautes inconnus a entre autre organisé des cyber-attaques dîtes ‘’DDos’’ dans le jargon informatique, en s’en prenant aux sites gouvernementaux et réussissant ainsi à rendre inaccessible celui du premier ministre.

Un déploiement du lien social :

Ce phénomène aurait surement attiré la plus grande attention des pères de la sociologie s’ils étaient encore parmi nous. Effectivement l’ampleur prise par les réseaux sociaux est flagrante et certains n’hésitent pas à dire que c’est facebook qui a permit la révolte. Nous sommes ici face à une mutation des relations sociales. Les réseaux de partage deviennent la nouvelle tribune politique, dans un monde où l’influence et le charisme ne sont plus détenus par celui qui détient le pouvoir, mais plutôt par ceux qui disposent de l’information et arrivent à rassembler et exprimer leur opposition sur la toile.Le succès particuliers de ces « nouveaux groupes sociaux » si l’on puis les qualifier de la sorte est du entre autre à leur aspect incensurable. Selim Ben Hassen, président du groupe citoyen Byrsa déclare ainsi par ses propres mots « Si je poste une vidéo sur mon profil, censuré en Tunisie, il suffit par exemple que mes amis français partagent cette vidéo pour que des Tunisiens y aient accès. Le fondement même du fonctionnement de Facebook est viral, ce qui rend tout cela impossible à arrêter ».

Les cyber attaques et les révoltes sont désormais plus présentes que jamais, et l’opinion secoue, secoue !! Le wizz politique et bel et bien là !

CHEQRO

La politique d’une France qui “PEN” !

16 janvier 2011

La nouvelle vient de tomber il y a quelques heures. En ce matin du dimanche 16 janvier le congrès de Tours réunissant les partisans du Front National , parti politique d’extrême droite touche à sa fin. Et à l’issue de ce rassemblement une éléction d’un nouveau leader politique pour ce parti.

Nul étonnement ne survient si je vous dit qu’il s’agit bien de Marine Lepen, fille de Jean Marie Lepen ( à la tête du parti depuis 1972). La fille de l’ancien leader emporte ainsi sans aucune difficulté le siège du FN avec 67.55% des suffrages, face à son principal concurrent Bruno Gollnisch (32.25%)

.La politique d’une France qui “PEN” ! dans France image_66869455

Un début inquiétant:

Au moment où se tenait lieu le congrès de Tours la chaîne d’information France 24 annonce ne plus couvrir cet événement. Non pas par hostilité aux idées xénophobes de ce partie, mais encore plus grave. On annonce ainsi qu’un journaliste reporter sur place de la chaîne Michaël Szames été agressé par les agents de sécurité couvrant l’événement.Ce dernier victime de propos injurieux a été roué de coups. On apprend aussi que son téléphone portable ainsi que sa carte de journaliste lui furent confisqués au même endroit.

Mais où sont donc les valeurs républicaines ? Il semble que le Front National fasse bande à part et impose sa propre doctrine. Les agents du FN menaceront-ils un journaliste à chaque fois qu’il leur semblera que les photos prises par celui-ci ne conviennent pas à ce que eux désirent ?!

Une France perdue :

Ce changement de leader du FN , montre bien que le parti d’extrême droite reste « une priorité familiale »(France 24) . Par ailleurs cela ne représenterait-il pas un danger quand aux éléctions présidentielles à venir en 2012.

En effet dans un moment où la France se retrouve plus au moins perdue politiquement, où l’on n’arrive plus à cerner les idées de gauche de celle de droite, l’on craint que les partis d’extrême prennent le dessus.

Ce scénario chaotique a faillit se produire en avril 2002 lorsque Jean Marie Lepen a faillit emporter les éléctions face à Jacques Chirac.10 ans plus tard devrait-on craindre alors de voir ce scénario se reproduire en 2012 ? Quoi qu’il en soit la France serait dans une grande « PEN » !!

CHEQRO

Ben Ali quitte la Tunisie…une affaire pimentée !

15 janvier 2011

En pensée au peuple tunisien ! (Le drapeau de la révolte et de la contestation)

Un discours et puis s’en va.

Ainsi est la phrase pouvant brièvement résumer la situation du président tunisien Zine El Abidine Ben Ali. Après avoir été « chassé par la rue du pouvoir » tel que le titre la une du Figaro à paraitre demain, le président tunisien « démissionnaire », qui ne serait ici qu’un qualificatif très modéré, car devrait on plus tôt dire fuyant son gouvernement et surtout son peuple se dirige actuellement vers une destination du Golfe selon une source de la chaîne d’information Al Jazeera . A l’heure où j’écris cet article on annonce l’accès au territoire Qatari fit refusé à Ben Ali et qu’il se dirigerait vers Dubai.
Les portes semblent se renfermer face à ce dernier, c’est ainsi que la France déclare clairement son refus d’accueillir le déchu président tunisien, qui à l’heure actuelle cherche vainement un territoire où se réfugier !

Pour cause de cette fuite, la souffrance latente d’un peuple depuis des années qui finit par imploser. La révolte sociale ayant commencé à Sidi Bouzid finit par se propager à la capitale Tunis et se transforma très rapidement en protestation politique.

Censure de la presse, manque de liberté d’expression, souffrances sociales et chômage massif des jeunes tunisiens sont les maux desquels se plaignent les protestants et citoyens tunisiens.

Alors qu’il était encore président il y a deux jours, Ben Ali semblait dans un des ses discours « calmer le jeu » en annonçant qu’il était compréhensif face à la situation du pays et que des mesures allaient être prises en conséquent. Par ailleurs il ajoutait qu’il ne se représenterait pas pour les élections de 2014.

Cette déclaration pourrait sembler quelconque, mais il en est tout à fait autre chose lorsque l’on sait que le président tunisien est au pouvoir depuis 23 ans déjà !! N’étais-ce pas temps pour celui-ci se décide à quitter des fonctions accaparées depuis deux décennies. Après tout cette révolte ne devrait-elle pas être perçue comme utile car permettant au pays de se libérer de ses tensions politiques ainsi qu’un régime étouffant la population.

La constitution stipule que le premier ministre devrait remplacer les fonctions du président. D’autres part des tensions sur les réseaux sociaux s’élèvent contre l’actuel premier ministre.

En fuyant le pays Zine El Abidine Benali provoque l’indignation de tous …et remet du piment dans la sauce !

Cheqro

1234